Un été 2015 plein d’énergie

Que vous soyez un « juillettiste » de retour de vacances ou que vous preniez vos quartiers d’été en août, Connaissance des Énergies vous propose de faire le point sur l’actualité énergétique du mois écoulé. Et parce que l’été ne saurait se passer d’énergie, la rédaction vous suggère quelques thématiques à réviser au soleil pour préparer la rentrée.

Ce qu’il s’est passé en juillet 2015

Loi de transition énergétique 

Le projet de loi de transition énergétique pour la croissance verte a été adopté en lecture définitive le 22 juillet à l’Assemblée nationale. Les grands objectifs de la loi sont restés inchangés (réduction de moitié de la consommation d’énergie finale d’ici à 2050, part de 50% de nucléaire dans le mix électrique en 2025, etc.). Parmi les nouveautés dans le texte final, signalons la hausse envisagée du montant de la contribution climat énergie (CCE), sorte de taxe carbone, à hauteur de 56 euros par tonne de CO2 en 2022 et de 100 euros par tonne en 2030 (contre  22 euros la tonne en 2016). Cette hausse devra être confirmée dans les lois de finances.

Conférence Climat de Paris (COP21)

A moins de 4 mois de la Conférence Climat de Paris (30 novembre-11 décembre 2015), une dizaine de nouveaux pays ont déposé depuis fin juin leurs contributions nationales en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Parmi ceux-ci figurent des géants asiatiques (Chine, Corée du Sud, Japon) mais aussi de petits États comme la Nouvelle-Zélande,les îles Marshall ou plus récemment Monaco. Cela porte à 52 le nombre de Parties de la CCNUCC ayant remis leurs contributions (sur 196)(1). La date limite de dépôt des engagements nationaux est fixée à fin octobre.

A Paris, près de 2 000 scientifiques se sont réunis début juillet afin de partager leurs travaux. Les 20 et 21 juillet, une réunion ministérielle informelle a également été organisée dans la capitale : les représentants des 46 pays présents se sont entendus sur le principe d’un mécanisme régulier de réévaluation à la hausse des engagements de réduction (avec des rendez-vous tous les 5 ans). Une version plus synthétique du texte de négociations (près de 80 pages), publiée le 24 juillet, servira de base aux prochaines discussions.

Accord sur le nucléaire iranien

Le 14 juillet, l’Iran a conclu un accord avec les « 5+1 » sur son programme nucléaire après 22 mois de négociations et plusieurs reports au cours des derniers jours. Cet accord prévoit notamment que le nombre de centrifugeuses permettant l’enrichissement d’uranium soit réduit des deux tiers en Iran pendant une période de 10 ans. Les inspecteurs de l’AIEA doivent pouvoir accéder aux sites nucléaires iraniens pour des contrôles réguliers. Le réacteur à eau lourde en construction à Arak sera modifié de façon à ne pas pouvoir produire de plutonium à des fins militaires. En retour, les sanctions américaines et européennes visant notamment les secteurs iraniens de la finance et de l’énergie doivent être levées en 2016, après validation de l’AIEA.

Avenir de la filière nucléaire française

EDF et Areva ont conclu le 30 juillet un protocole d’accord prévoyant la prise de contrôle majoritaire de la branche Areva NP par l’énergéticien exploitant le parc nucléaire français (opération qui devrait rapporter près de 2 milliards d’euros à Areva). Au total, Areva évalue ses besoins de financements à environ 7 milliards d’euros(2) d’ici à 2017.

Les députés Marc Goua (PS) et Hervé Mariton (Les Républicains) ont remis à l’Assemblée nationale un rapport d’information sur l’avenir de la filière nucléaire et la situation financière d’Areva, adopté le 8 juillet. Précisons par ailleurs que le groupe EDF a annoncé qu’il allait rembourser 1,37 milliard d’euros à l’État français à la demande de la Commission européenne qui estime que l’énergéticien a perçu des aides d’État incompatibles avec la réglementation communautaire en matière de concurrence.

Annonces des États-Unis

Barack Obama a officialisé début août son plan pour l’énergie propre qui prévoit de réduire les émissions de CO2 des centrales électriques américaines de 32% d’ici à 2030 par rapport à 2005. Le président a insisté sur l’urgence d’agir face à la « grande menace » des changements climatiques, une annonce naturellement bien accueillie par les organisateurs français de la COP21. Hillary Clinton, candidate à la Maison Blanche, a annoncé vouloir faire de l’Amérique « la superpuissance mondiale des énergies propres ». Elle met l’accent sur la décarbonisation de la production électrique américaine qui repose encore aux deux tiers sur les énergies fossiles en 2014.

Un porte-parole de la Maison Blanche a par ailleurs annoncé que Barack Obama prendrait une décision d’ici à la fin de son mandat en janvier 2017 sur Keystone XL, un projet d’oléoduc très débattu qui doit permettre de relier les sites d’exploitation de sables bitumineux au Canda jusqu’aux raffineries américaines du golfe du Mexique. C’est dans ce golfe qu’avait eu lieu l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon en 2010. Le groupe britannique BP a accepté en juillet de payer 18,7 milliards de dollars de pénalités et de dédommagements au titre de cette marée noire.

Cours du pétrole

La chute des cours du pétrole continue à faire sentir ses effets et plusieurs sociétés de services ont annoncé des réductions d’effectifs. Parmi elles, Technip a annoncé la suppression progressive de 6 000 postes sur les 38 000 que compte le groupe français dans le monde. Début juillet, l’AIE a estimé que l’excédent d’offre sur le marché du pétrole avait commencé à se résorber mais une nouvelle chute des prix pourrait encore être nécessaire pour retrouver un équilibre entre production et consommation.

Certains pays profitent de la baisse des prix pour supprimer leurs subventions portant sur l’essence et le diesel, une mesure très sensible notamment mise en œuvre en août par les Émirats arabes unis. L’Algérie a pour sa part annoncé avoir vu ses recettes liées aux hydrocarbures baisser de près de moitié au 1er trimestre 2015. En France, le prix du gazole a atteint fin juillet son plus bas niveau depuis début février (autour de 1,17 €/litre).

Photovoltaïque et énergies marines

L’avion solaire Solar Impulse 2, engagé dans un tour du monde, s’est posé le 3 juillet à Hawaï après avoir parcouru 7 200 km depuis le Japon en près de 5 jours. Les batteries de l’avion ont toutefois été victimes de dégâts irréversibles en raison d’une surchauffe. Le tour du monde devrait reprendre en avril 2016, après que Solar Impulse ait récolté près de 20 millions d’euros.

En France, Engie a annoncé début juillet avoir acquis 95% des parts de Solairedirect pour près de 200 millions d’euros, devenant ainsi le leader de la filière photovoltaïque en France. L’Adema a publié le 5 août le cahier des charges de l’appel à projets pour la construction des quatre premiers parcs pilotes d’éoliennes flottantes.

Hausse des tarifs réglementés et présidence de RTE

Les tarifs réglementés de l’électricité ont augmenté en moyenne de 2,5% au 1er août pour les particuliers sur décision ministérielle alors que la CRE préconisait une hausse de 8% pour couvrir les coûts d’EDF et surtout rattraper une mauvaise répercussion des coûts dans le passé.

Le député PS François Brottes devrait être nominé à la présidence du directoire de RTE, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité en France. Cette nomination doit être confirméelors d’un conseil de surveillance de RTE en vue d’une prise de fonction le 1er septembre.

 

 

 

Source: www.connaissancedesenergies.org